Blog de voyage à San Pedro de Atacama, Chili
  

Blog de voyage à San Pedro de Atacama, Chili

San Pedro de Atacama, Chili le 04/03/2011

 


     Ce bref retour en terre chilienne nous conduit à San Pédro de Atacama, halte obligatoire au milieu du désert le plus aride du monde. A 103 km au Sud Est de Calama, lové au cœur d'une oasis perdue en plein désert d'Atacama, San Pédro est un splendide petit village en adobe perché à 2500m d'altitude.

 


      Nous sommes sur les terres du peuple atacameno, organisé en 14 villages dispersés dans les 14 oasis de la région. Des 9000 ans av JC, les atacamenos peuplent le désert. Ce sont des chasseurs nomades qui au fil des siecles apprennent à domestiquer les animaux (lamas), mettent au point d'ingénieux systèmes d'irrigation pour cultiver les terres et maitrisent la métallurgie du cuivre et de l'or. Ils vouent un culte à la Pachamama (Terre mere) et au Pachapapa (Dieu du ciel) à travers des offrandes et des sacrifices (humains et animaux), sous la direction des Chamans qui font office de relais entre les hommes et les dieux. Encore aujourd'hui, on ne se nourrit pas sans enterrer un peu de nourriture et de boisson en guise de remerciement aux divinités. La terre nous donne tout, il est normal que l'on lui rende. Si tous les peuples avaient cette même philosophie de vie on peut se demander si l'on en serait là aujourd'hui!!!!

 

 


     Ce sont les colons espagnols qui feront voler en éclats ce peuple qui avaient bien résisté, quelques siècles plus tôt, à l'invasion Incas. A travers une répression sanglante, les espagnols appliquent le scenario classique de la colonisation: imposition de la religion catholique, travail obligatoire et obligation de parler espagnol (on coupait la langue aux résistants).

      Quasiment depuis le début de notre périple on entendait parler de l'extraordinaire accueil du residencial « La Rose d'Atacama ». Ouvert depuis à peine 5 mois, cet établissement tenu par la charismatique Marie s'est fait une place de choix dans le microcosme hôtelier de San Pédro. L'ambiance, le cadre et les services sont au rendez vous, tout est réuni pour que ce projet prospère de longues années En peu de temps il est devenu le repère des français à San Pédro.

 

 


     Coté excursions, on s'est laissé envouter par les récits de Santiago qui nous a permis de profiter de sites grandioses loin de la foule des autres agences. Il met à profit ses talents d'orateur pour envelopper de poésie la découverte d'une nature exceptionnelle.Il faut dire que l'extraordinaire diversité des paysages donne matière à la verve poétique de notre guide. Ici même le ciel a une couleur exceptionnelle, au zénith il prend une couleur bleu pétrole, d'une pureté totale. Ce n'est pas pour rien que les plus grands observatoires spatiaux se concentrent dans le secteur. La nuit offre un spectacle magnifique, des millions d'étoiles scintillent, le grand nuage de Magellan prend toute sa dimension.

 

 


     L'altiplano chilien s'étend a 4800m d'altitude, percé de lagunes multicolores et de salars d'une blancheur étincelante. Ce milieu très hostile est peuplé de vigognes, de lamas et de quelques espèces d'oiseaux dont 3 espèces de flamands roses. Il a été créé par la confrontation des plaques tectoniques qui a élevé ce plateau océanique à sa hauteur actuelle. Encore aujourd'hui la forte activité volcanique modèle le paysage et offre la possibilité d'observer le spectacle grandiose des geysers de Tatio. Dans ce paysage désertique il n'y a pas de monotonie, les couleurs et les formes sculptées par le temps, le vent et la pluie sont d'une diversité incroyable. On a été submergé par l'immensité et la beauté du salar de Tara. Passée comme dans un rêve, cette journée restera gravée comme une des plus belles de notre voyage et peut être de notre vie.

Comme le dit Santiago si les dieux existent, ils ne doivent pas vivre loin.

 

    

     Enfin on ne peut pas parler de San Pédro de Atacama sans parler du Licancabur. Ce volcan sacré des atacamanos domine la ville de ses 5917m. Parfaitement conique, son cratère cache le lac le plus haut lac du monde. Rien qu'à le voir les jambes nous démangent, la tentative d'ascension attendra le mois d'avril quand on l'espère il y aura moins de neige.

 

 



 

Commentaires

 Y.
J'aime cette belle barbe! ;)
Prenez soin de vous!!
 Jackie et marie-france
le cimetiere au perou nous a fait froid dans le dos
le desert du chi formidable ainsi que les couchers de soleil
nous revenons de marrakech trop touristique pour vous !!!!!!!!!! mais le soleil trs bien pour nos vieux os
bisous a bientot
 Jonathan
Génial, si vous avez l'occase il y a un vprof francais qui c'est reconvertit en guite astronome la soirée reste un super souvenir.
La bise à tout les deux!



Autres récits de voyage

Autres Recits en Chili